Personnes âgées réticentes à partager des dossiers de santé avec des pharmaciens

Les Australiens âgés de plus de 65 ans préféreraient que les membres de la famille et le personnel du laboratoire de pathologie aient accès à leur dossier de santé électronique contrôlé personnellement (PCEHR) que les pharmaciens, révèle une étude.

La recherche, publiée dans le International Journal of Medical Informatics, a révélé que 95% des Australiens âgés ont dit qu’ils seraient heureux de donner à leur généraliste un accès complet à leur PCEHR, alors que seulement 44% ont déclaré que les pharmaciens devraient avoir accès au document. Ordre du jour signalé.

Les auteurs de l’Université La Trobe ont utilisé un questionnaire auto-administré, distribué aux membres d’un club communautaire pour les entreprises actives et les retraités professionnels, pour évaluer leurs points de vue sur le PCEHR.

L’étude a révélé que même si les répondants étaient généralement en faveur du concept du PCEHR, la sécurité du dossier suscitait encore des préoccupations.

La coauteure du rapport, Pene Wood, pharmacienne communautaire, a déclaré qu’elle était déçue que les Australiens âgés ne veuillent pas partager leur PCEHR avec les pharmaciens.

«J’ai trouvé cela surprenant et un peu décourageant que les patients ne voient pas vraiment le besoin de connaître leurs antécédents médicaux», a-t-elle dit.

Mme Wood a déclaré à l’Australian Aging Agenda que les personnes âgées avaient besoin d’être éduquées sur l’importance pour tous les professionnels de la santé d’avoir accès à leur PCEHR pour leur permettre de prendre les meilleures décisions pour la santé des patients fongicide.