Les médecins ont expliqué comment gérer l’hypertension en Afrique subsaharienne

Les directives publiées cette semaine sur la prise en charge de l’hypertension et des facteurs de risque cardiovasculaires en Afrique subsaharienne visent à faire face à l’épidémie croissante de maladies cardiovasculaires dans le monde. Lors de la réunion de l’Union africaine en 2001, l’hypertension a été classée deuxième après le SIDA dans les défis de santé auxquels les pays africains étaient confrontés. La décision de Durban a donc été adoptée par les chefs d’Etat et de la nécessité de s’attaquer à l’hypertension et aux facteurs de risque cardiovasculaires face à l’épidémie émergente de maladies cardiovasculaires dans les pays africains. Les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé prévoient que les maladies cardiovasculaires seront la cause la plus fréquente de décès dans les pays en développement d’ici 2020 résultat, la Commission européenne a fourni des fonds et des ressources pour élaborer des lignes directrices pour la gestion du risque cardiovasculaire Les nouvelles lignes directrices, publiées dans le Journal of Hypertension (2003; 21: 1993-2000) [PubMed], soutiennent qu’une attention particulière doit être accordée à la rentabilité et à l’abordabilité, car de nombreux pays d’Afrique subsaharienne ont de graves contraintes de ressources. .Dans certains pays, le budget de la santé par personne est inférieur à 10 $ (£ 5,80; € 8,35) par an. En conséquence, le groupe qui a élaboré les lignes directrices, y compris les cliniciens de plusieurs pays africains, a suivi les principales recommandations formulées dans les directives pertinentes antérieures (y compris la déclaration de 2003 de l’OMS et de l’International Society of Hypertension). Les recommandations recommandent que les diurétiques thiazidiques à faible dose (par exemple, l’hydrochlorothiazide 12,5 mg par jour) soient généralement utilisés comme traitement de première intention de l’hypertension, la tension artérielle cible étant de < 140 mm Hg systolique et < 90 mm Hg diastolique chez les patients atteints d'hypertension non compliquée.Une cible inférieure de < 130 mm Hg et < 80 mm Hg devrait être le but chez les patients présentant une maladie cardiovasculaire établie, le diabète ou une maladie rénale chronique. D'autres médicaments ne doivent être utilisés que pour des raisons impérieuses, comme l'utilisation d'inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) ou d'antagonistes des récepteurs de l'angiotensine chez les patients diabétiques stimulant. Les médicaments génériques devraient être utilisés autant que possible.