L’Afrique du Sud et la Grande-Bretagne concluent un accord pour lutter contre le braconnage du personnel soignant

Royaume-Uni et les gouvernements sud-africains ont accepté de ralentir la migration des médecins sud-africains et d’autres professionnels de la santé vers le Royaume-Uni. Cette initiative fait partie des propositions britanniques visant à renforcer le code de pratique sur le recrutement international et à empêcher les agences de dépouiller 150 médecins et infirmiers de pays en développement, dont l’Afrique du Sud. Les propositions incluent l’offre aux employeurs du secteur privé d’adhérer au code. programmes de recrutement internationaux dans le but de ralentir “ back-door ” recrutement dans le NHS et la fermeture d’une échappatoire qui permet le recrutement de suppléants et de personnel temporaire des pays en développement. Le code sera également étendu à d’autres zones du NHS, pas seulement aux agences fournissant du personnel à l’étranger. Le service de santé publique en Afrique du Sud a été durement frappé par des pénuries aiguës de médecins, malgré les mesures correctives prises par le gouvernement. Des médecins ont été amenés de Cuba dans le cadre d’un accord entre les deux pays; et au cours des cinq dernières années, les médecins diplômés ont été obligés de faire du service communautaire dans les hôpitaux du secteur public à travers le pays. En 2003, plus de 1100 médecins étaient en service communautaire.Mais de nouvelles recherches menées par le Health Systems Trust indépendant montrent que près d’un tiers des postes de professionnels de la santé dans le secteur public en Afrique du Sud ne sont pas pourvus. Et au fil des ans, le nombre de médecins desservant 100 000 personnes dans les établissements de santé publique a fortement diminué. Une étude de la South African Health Review, publiée le mois dernier, indique que 6% de la main-d’œuvre sanitaire au Royaume-Uni vient d’Afrique du Sud. . Environ 600 médecins sud-africains sont enregistrés pour exercer en Nouvelle-Zélande et 10% des médecins hospitaliers du Canada sont sud-africains. L’infiltration de médecins sud-africains à l’étranger n’est pas un phénomène récent, mais a été périodiquement renforcée. pour éviter d’avoir à faire le service militaire dans la défense de l’apartheid pendant les années 1980. L’argent est maintenant un facteur dans le secteur public, et un rapport parlementaire récent a déclaré que les médecins et les infirmières dans le service de santé publique ont été au noir dans des lieux plus lucratifs localement. L’épidémie de sida a également affecté le moral du personnel soignant dans les hôpitaux publics. Le ministre de la Santé de l’Afrique du Sud, le Dr Manto Tshabalala-Msimang, a déclaré que les propositions étaient basées sur des principes éthiques. Un mémorandum d’accord entre les deux pays encouragerait la création d’opportunités d’éducation et de pratique pour les professionnels de la santé sud-africains de travailler pendant des périodes spécifiques dans le NHS et de transférer leurs compétences au pays. Beaucoup de choses à ruiner