Acid, burns, et tubes d’alimentation

Editor — Je conteste la recommandation de Lapsia et Maguire dans Minerva que les patients nourris via un tube nasogastrique devrait prendre un agent protecteur gastrique ” sur la base de leur constatation de brûlures chimiques chez un patient qui a vomi après une alimentation nasogastrique en salle neurologique.1 CINTI / CNRI / BIBLIOTHÈQUE PHOTOGRAPHIQUE Toute personne sans achlorhydrie sécrète des ions hydrogène de la muqueuse gastrique administrés par voie orale, par sonde nasogastrique ou par voie parentérale. Ainsi, lors des vomissements, l’acide est susceptible d’entrer en contact avec la peau. Si nous suivons le conseil des auteurs, toute personne capable de vomir de l’acide se verrait prescrire un agent protecteur gastrique.Les auteurs notent que les infirmières ont rapporté que le patient dans leur cas avait déjà vomi et que pendant la ronde matinale il y avait des preuves de vomi frais sur ses draps. ” Cela implique qu’elle a été en contact avec son vomi pendant un certain temps.Je suggère qu’une conclusion plus logique pour les auteurs est que les patients ne devraient pas être autorisés à mentir dans leurs propres vomissements.